Brush park, Détroit (Michigan).
« Ceux qui n’ont pas de boulots et cherchent à survivre se transforment en pilleurs de cuivre, et les rues s’éteignent. Ceux qui sont contraints d’abandonner une maison dont ils ne peuvent plus payer les traites, mais qui ne vaut plus rien, y mettent le feu dans l’espoir de toucher l’assurance. Il suffit de poser la lampe de chevet sur la couette en synthétique, de partir en laissant la lumière allumée. Le chef du département des pompiers a fini par suggérer de laisser brûler, parce que les interventions coûtent trop cher, et qu’il y en a trop. Une blague circule en ville : que la dernière personne à quitter Detroit éteigne la lumière. On dirait que c’est arrivé. » Thomas B. Reverdy: « Il était une ville », Flammarion, 2015.

A partir d’un clip du rappeur américain Eminem, une étude de Détroit qui doit permettre aux élèves en équipes de comprendre le phénomène de ville rétrécissante (« shrinking city ») en lien avec la métropolisation, de présenter les inégalités de connexion des métropoles aux réseaux de mondialisation.

L’expression de « shrinking city », se traduit par « ville rétrécissante ». Elle présente un phénomène de rétrécissement urbain qui touche les villes sur trois plans:

– démographique > la ville perd des habitants.
– économique > la cité perd des fonctions, des revenus, des emplois, des activités, des sièges sociaux.
– social > c’est la montée de l’insécurité, du chômage et de la pauvreté urbaine.

On associe ce phénomène géographique au « déclin urbain » ou à la « décroissance urbaine » des villes industrielles américaines et allemandes dans les années 1970/1980. Aujourd’hui, les « shrinking cities » sont aussi européennes ou présentes dans des pays émergents. Elles illustrent la mise à l’écart de villes au détriment d’autres et peuvent aussi être la conséquence d’un déclin démographique de pays en voie de vieillissement.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.