Cette séquence sur « La fondation de Rome – Mythe, histoire et pouvoir » s’appuie sur une bibliographie spécialisée, fournissant des documents qui ne figurent pas forcément dans les manuels ; cette séquence, en deux parties, propose différentes situations pédagogiques, parmi lesquelles on peut trouver une tâche complexe.

Les récits de la fondation de Rome dont nous disposons sont des mythes d’époque augustéenne. Il s’agit notamment de l’ »Enéide » de Virgile et du premier livre de l’ »Histoire romaine » de Tite-Live. Ces mythes relatent les légendes d’Enée, Romulus et Rémus. Les historiens d’aujourd’hui essaient de les déchiffrer et y perçoivent les traces des origines grecques des peuples du Latium ou des rites de fondation de la cité romaine. La séquence examine les liens qui existent entre ces mythes et l’histoire : une confrontation des légendes à l’archéologie permet de mettre en valeur diverses similitudes que présentent ces deux types de sources. La séquence traite aussi des liens entre les mythes et le pouvoir, en soulevant le fait que les thèmes d’Enée, Romulus et Rémus sont utilisés par les dirigeants romains à des fins propagandistes de légitimation du pouvoir.

Bibliographie :

Des travaux de spécialistes, dans l’ordre alphabétique :
BENOIST S., « Une histoire personnelle de Rome, des origines au VIe siècle de notre ère », PUF, 2016.
DARDENAY A., « Les mythes fondateurs de Rome. Images et politique dans l’Occident romain », Picard, 2010.
DUPONT F., « Rome, la ville sans origine », Gallimard, 2011.
GRANDAZZI A., « La fondation de Rome. Réflexion sur l’histoire », Les Belles Lettres, 1991.

Un manuel pour les classes de Sixième :
HAZARD-TOURILLON A.-M., COTE S., FELLAHI A., MARQUES P. (dir.), Nathan, 2016.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.