1. La croissance urbaine se manifeste par une dynamique d’étalement spatial.
Les aires urbaines concentrent l’immense majorité de la population française (plus de 80%). Elles comprennent une ville centre, sa banlieue et une couronne périurbaine intégrant des espaces urbains et ruraux. L’habitat individuel dans des lotissements étant privilégié par la population (cadre de vie agréable, terrain constructible meilleur marché), la périurbanisation s’est traduite par une forte consommation d’espace, un étalement urbain sur des terres agricoles le long des axes de communication (exercice 1).

Étalement urbain

https://www.education-et-numerique.fr/0.3/activity/embed.html?id=52c04d863361eb112e6eb938

2. La croissance urbaine accroît les mobilités.
L’éclatement de l’habitat sous l’effet de l’étalement urbain et la concentration des activités en ville renforcent les mobilités (déplacements pendulaires ). L’automobile s’affirme comme le moyen de transport dominant voire incontournable, le trafic routier génère une pollution atmosphérique et de nombreux embouteillages (exercice 2). La pression urbaine liée à la périurbanisation n’est pas seulement liée à la consommation de foncier . Les espaces ruraux ont de plus en plus une fonction résidentielle pour des néoruraux qui exercent une activité professionnelle dans une aire urbaine. Ils sont l’objet de conflits d’usage tant les acteurs ont des représentations et des pratiques différentes de l’espace.