Dans une bande dessinée, l’auteur américain Max Brooks rend hommage au 369e régiment d’infanterie. Constitué d’Afro-Américains, il participa à la Guerre 14-18 aux côtés des Français, avant de tomber dans l’oubli.

« God Damn, let’s go ! » (Nom de dieu, allons-y !). C’est avec cette devise, que les Harlem Hellfighters (les combattants de l’enfer d’Harlem) avaient l’habitude de sortir des tranchées pour se jeter dans la fureur des combats. Pendant plus de six mois, d’avril à novembre 1918, ces hommes du 369e régiment d’infanterie, majoritairement composé d’Afro-Américains, ont vaillamment participé à la Première Guerre mondiale. Egalement surnommés Men of Bronze (les hommes de bronze) ou Black Rattlers (les serpents à sonnette noirs), ils ont été décorés de la Croix de guerre française et 171 d’entre eux ont reçu des citations à titre individuel.

http://www.france24.com/fr/20140327-premiere-guerre-mondiale-max-brooks-bande-dessinee-harlem-hellfighters-afro-americain-/