Mon travail sur la préhistoire s’appuie sur quelques publications récentes et ouvrages dont 3 principaux:

Jean Jacques Hublin, Quand d’autres hommes peuplaient la Terre, Flammarion 2008.

Jean Paul Delemoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, Une histoire des civilisations, INRAP, 2018.

Patrick Paillet, Qu’est ce que l’art préhistorique, CNRS 2018

J’en recommande la lecture, je recommande aussi le visionnage de quelques bons reportages d’ARTE : GRANDS MAÎTRES DE LA PRÉHISTOIRE (VERSION FRANÇAISE)/ et bien d’autres…

La chronologie change souvent en préhistoire, ces dernières années on a fortement rapproché Homo Sapiens de Néandertal, et cela a un impact considérable sur notre approche de Néandertal… Les manuels ont au moins 20 ans de retard sur les dernières publications.

Quelques explications sur mes choix de cours et documents:

Tout d’abord j’oublie Lucie et Toumaï, hééé oui! Nous parlons d’histoire des hommes et des femmes, donc pas des pré-humains, ce qui nous intéresse c’est de définir ce qu’est un humain… Question bête à définir en classe avec les élèves, en prenant l’animal d’un élève comme exemple pour illustrer qu’au final c’est notre capacité à créer des outils, non à les utiliser, mais à surtout les créer les transformer qui nous distingue de TOUTES les autres espèces. Donc on débute notre chronologie en -3 millions d’années à peu près, le reste c’est au prof d’SVT!

Je divise mon cours en 3 types de fichier: la fiche d’activité pour les élèves/ le diaporama qui complète, enrichit le cours et pose la trace écrite/ le cours pour moi. Le tout est surement très améliorable (fautes de frappes, énoncés des questions,… etc.!).

Mes séances débutent souvent par une accroche vidéo de 2 à 3 minutes pour inscrire un paysage visuel, des images scientifiquement pertinentes chez les élèves. On en retient l’essentiel par une phrase résumée collectivement ou un texte à trous (fiche d’activité). Ensuite vient le travail sur la fiche d’activité. Puis la mise en commun à l’écrit, le bilan.

Mon chapitre se décompose de la façon suivante:

-les débuts, c’est à dire les premiers humains.

-Néandertal : introduire la notion de pluralité dans le genre humain: oui, nous n’avons pas été toujours les seuls humains. Désormais nous sommes seuls. Qu’est ce que ces autres humains ont pu apporter à Sapiens? Qu’est ce qui nous a éventuellement donné un avantage sur eux?

-l’archéologie: Pour moi ce domaine est essentiel, bien sur nous sommes en histoire, mais dans tous mes chapitres il y a de l’archéologie, cette leçon décrypte le comment/pourquoi de cette discipline au combien cruciale pour la préhistoire et très importante pour l’histoire.

– l’étude d’un site, campement de chasseurs cueilleurs sapiens. Tout est dit, on étudie la façon de vivre, d’habiter un large espace (nomadisme). Au passage on peut réutiliser bon nombre de notion en géographie par la suite dans « habiter un espace à fortes contraintes naturelles » en étudiant des nomades d’aujourd’hui.

– l’étude de l’art préhistorique. Et oui, la préhistoire (paléolithique+ néolithique) c’est aussi une période clef pour la mise en place de TOUT nos phénomènes socio-culturels. Ainsi l’art déjà, peut être étudié par cette proposition d’étude en groupe d’une oeuvre par groupe et d’une restitution à l’oral.

Voilà pour ma proposition c’est surement très perfectible, mais j’aime le principe du partage, il y a là surement des bonnes idées, des méthodes et documents pertinents. Ce site m’a beaucoup aidé et m’a remonté le moral. Je n’ai jamais réutilisé tel quel des cours ici, j’ai toujours regardé avec les réflexions : « tient! pas bête! » ou « ahhhh! super, moi aussi je vais faire un truc de ce genre! je peux! » .

Au passage je remercie encore les créateurs ce fabuleux site de partage et tous les contributeurs, notre métier n’est pas facile mais il est riche, courage à tous !

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.