Connaissances
La Première Guerre mondiale bouleverse les Etats et les sociétés :

  • Elle est caractérisée par une violence de masse,
  • Avec la révolution russe, elle engendre une vague de révolutions en Europe,
  • Elle se conclut par des traités qui dessinent une nouvelle carte de l’Europe, source de tensions.

Capacités
Connaître et utiliser les repères suivants :

  • La Première Guerre mondiale (1914-1918), la bataille de Verdun (1916), l’armistice (11 Novembre 1918), Clémenceau
  • La révolution russe (1917), Lénine
  • La carte de l’Europe au lendemain des traités
  • Décrire et expliquer la guerre des tranchées et le génocide des Arméniens comme des manifestations de la violence de masse.

Comment la Première Guerre mondiale est-elle devenue une guerre totale ? Quels bouleversements des sociétés et des États la Première Guerre mondiale entraîne-t-elle ?

Vocabulaire :

  • Front : zone des combats
  • Tranchée : fossé creusé par les soldats pour se protéger des attaques ennemies
  • Guerre de position : phase de la guerre durant laquelle les armées s’immobilisent dans les réseaux de tranchées sans parvenir à percer le front ennemi, contrairement à la guerre de mouvement, durant laquelle le front est mobile.
  • Poilu : surnom affectueux donné aux combattants français.
  • Armistice : fin des combats
  • Guerre totale : guerre dans laquelle sont mobilisées toutes les ressources humaines et matérielles d’un pays
  • Propagande : utilisation des moyens d’information pour orienter l’opinion publique en faveur d’idées politiques.

I- Mobilisation de toutes les ressources de l’Etat
II- Radicalisation dans l’engagement des belligérants
III- Extension du conflit et mobilisation militaire et civile importante
(violence de masse-génocide arménien)
IV- La fin de la Guerre : une nouvelle Europe

Notions :
guerre totale, violence de masse, génocide
Vocabulaire :
guerre de mouvement, guerre de position, front, tranchée, Grande Guerre, armistice, bolchévique.

Support :
la bataille de Verdun permet une approche du concept de guerre totale (tribut payé par les combattants (physique et moral), bouleversement de la société.
Le génocide arménien : complète le concept de guerre totale et permet une première approche de ce qui caractérise les violences génocidaires : une idéologie imprégnant un État et traduite dans le discours, un groupe cible, une décision, une mise en œuvre.
Évaluation :

  1. Première partie : repères
  2. Deuxième partie : questions ou développement
  3. Troisième partie : travail sur document sur les violences de masse portant sur la guerre de tranchées, le génocide arménien et carte de l’Europe au sortir du conflit.

I- Une violence de masse, au front et à l’arrière

Questions : Support carte: L’Europe en 1914

En quelle année débute la Première Guerre mondiale ?
Qui entreprend la première offensive ?
Quels sont les camps opposés ?
Où commence la première bataille ?

Mobilisation générale :

http://fresques.ina.fr/jalons/liste/recherche/Theme.id/190/e#sort/DateAffichage/direction/DESC/page/1/size/10

Éclairage média

Histoire des Arts : Le départ du soldat.

Victor PROUVÉ
© ADAGP, Collection de la salle d’honneur du 26°RI, Délégation Militaire Départementale de Meurthe-et-Moselle, © musée Lorrain, Nancy / Photo P . Mignot

La guerre de mouvement de 1914 à 1915 qui a été particulièrement meurtrière fait place à une guerre de position où les soldats (poilus) s’enterrent dans des tranchées.
Exemple de Verdun du 21 février au 18 décembre 1916

La ligne de front à Verdun

Le bilan de la bataille de Verdun

  • 300 jours de combat
  • 60 millions d’obus tirés
  • 300 000 morts (Français et Allemands)
  • 400 000 blessés (Français et Allemands)

La vie des soldats dans les tranchées de Verdun

Témoignage de Georges, un poilu français (18 juillet 1916)
Le 11 au matin, au petit jour, Manassès qui dormait sa neuvième heure depuis cinq jours […] était réveillé en sursaut. Vivement les masques…les gaz asphyxiants emplissaient l’air. Aussitôt, alors, un homme exténué arrivait en criant que les boches avaient percé la ligne et arrivaient sur nous. Ordres donnés, rapidement. Baïonnettes au canon. Grenades en main. Chacun à son coin. Ordre de tenir jusqu’à la mort.
b- Témoignage de Max, un soldat allemand (16 avril 1916)
Le 11 avril, nous avons attaqué les tranchées françaises. Nous avions commencé par faire une préparation d’artillerie très considérable, pendant douze heures, puis l’attaque d’infanterie s’est déclenchée, mais les mitrailleuses françaises étaient absolument intactes, de sorte que la première vague d’assaut a été immédiatement fauchée par le tir des mitrailleuses dès qu’elle eut quitté la tranchée.

Extraits de lettres du front, tirées de J.- P. Guéno, Paroles de Verdun : lettres de poilus, Perrin, 2006

Communiqué du général Pétain pour la défense de Verdun
Le Général Pétain commande l’armée française à Verdun en 1916
Ordre général n°94
Le 9 avril est une journée glorieuse pour nos armées ; les assauts furieux des armées du Konprinz Prince héritier de l’empire allemand ont été partout brisés : fantassins, artilleurs, sapeurs Soldats chargés de creuser et d’aménager les tranchées et les abris., aviateurs de la IIè armée ont rivalisé d’héroïsme. Honneur à tous ! Les Allemands attaqueront sans doute encore ; que chacun travaille et veille pour obtenir le même succès qu’hier ! Courage ! … On les aura ! …

Le Petit Journal, 9 avril 1916

Trace écrite :

La Première Guerre mondiale est un conflit qui dure quatre années de 1914 à 1918 et qui a mobilisé plus de 70 millions de combattants. Après une phase de guerre de mouvement de 1914 à 1915, les fronts s’immobilisent et la guerre devient une guerre de position où les hommes s’enterrent dans des tranchées pour se protéger.

Face à l’utilisation de nouvelles armes très meurtrières (gaz, lance-flammes, mitrailleuses, mines, tanks…), les combats font énormément de victimes. Les soldats vivent dans la boue, l’humidité et le manque d’hygiène (Verdun par exemple).

Étude de cas à suivre