Le monde des médias s’est fortement diversifié au 20ème siècle.
De nouveaux médias sont venus s’ajouter à la presse écrite : la radio (1ère moitié du 20ème), la télévision (1960-1970), internet (1990-2000). Mais le rôle des médias n’a pas changé.

http://economienumerik.canalblog.com/archives/2010/05/07/17819302.html

I) Rôle des médias

1. L’accès à l’information, une liberté

Depuis la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (1789) puis la loi sur la liberté de la presse de 1881, la liberté de l’information apparaît comme constitutive des droits de l’Homme ou des droits fondamentaux.

Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

Article 11. Liberté d’expression et d’information (Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne)

1. Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières.

2. La liberté des médias et leur pluralisme sont respectés.

Le citoyen doit pouvoir accéder à une information libre, pluraliste et fiable.
Grâce à leurs enquêtes, les médias sont un moyen de contrôle pour les citoyens.
On appelle parfois la presse, le quatrième pouvoir.
Les médias alimentent l’opinion publique : ils lancent ou relaient des débats publics, apportent des informations, des avis d’experts … qui permettent aux citoyens de se forger une opinion sur des sujets parfois complexes.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.